Christophe Cujean

Christophe Cujean n’a pas fait son trou dans le monde du fromage avec la même certitude qu’une bulle de gaz dans l’emmental. Alors que la fin de sa scolarité approchait à grands pas, cet enfant de Combremont-le-Petit a accumulé les stages, pour se trouver une vocation. Cette période de recherches l’a conduit chez le fromager de Saint-Cierges, que ses parents connaissaient. Il y a décroché une place d’apprentissage à la sortie des bancs d’école. Puis franchi la barrière de röstis pour apprendre l’allemand et se frotter au domaine du fromage d’industrie à pâte mi-dure (raclette pour l’essentiel).

«Je voulais d’abord aller au Canada, mais la distance, les copains et les copines m’ont incité à rester. Travailler dans le canton de Berne était la bonne solution. Je pouvais rentrer le week-end»

Après deux ans et six mois à Zollikofen, entrecoupés par un brevet à Grangeneuve, le parcours professionnel du jeune fromager s’arrête à Grandcour. Une aubaine, tant le patron du lieu, Jean-Daniel Jäggi, jouit d’une très bonne réputation.

 

«Je le connaissais car il vient de Saint-Cierges. Je lui ai téléphoné pour lui demander s’il cherchait quelqu’un , et il m’a répondu oui»

En qualité de second, Christophe Cujean s’est familiarisé avec l’art de gérer une entreprise, lorsqu’il s’agissait de suppléer son patron. Sa maîtrise, décrochée lors de son passage de cinq ans en terre broyarde, y a, bien sûr, aussi contribué.